LA GRANDE NUMERISATION

Année 2005 : entre Google et le nouveau droit d’auteur, voici le livre pris en otage, déchiré, ses snippets ou lambeaux à l’encan.

La numérisation de la Bibliothèque est une évidente bénédiction pour la connaissance, mais elle colporte et déchaîne une fièvre cupide bardée d’un juridisme de guerre, tandis que les derniers souverainistes gesticulent autour de leurs soi-disant patrimoines. Le bibliothécaire serre les dents, l’intellectuel regarde ailleurs.

Entre faux prophètes et vrais profiteurs, voici la littérature peut-être menacée, du moins livrée à trop de questions qui l'angoissent. Pourrai-je lire sur écran ? Le livre en papier est-il fini, et le libraire, et la lecture publique ? Va-t-on voir le non lucratif réprimé par la loi ? Ou bien, au contraire, la dématérialisation vient-elle à point pour rénover l’écrit, lui offrir d’échapper aux filières qui peuvent étouffer sa liberté d’enseigner, de dire, de rêver…

 

La Grande Numérisation. Y a-t-il une pensée après le papier ? Denoël, collection Impacts, 2006, 14 x 21 cm, 200 pages, 17 €, ISBN 2.207.25669.3.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© 2003-2017 LucienX.Polastron